Page facebook de l'UPHF Twitter de l'UPHF YouTube de l'UPHF PRO'fil : le réseau professionnel de l'Université
     

7 septembre 2012 : une remise de diplômes haute en couleurs pour les formations « Culture » de Cambrai !

Décidément, elles ont le vent en poupe les dernières nées du Centre universitaire de Cambrai. Les promotions 2011 et 2012 des licences professionnelles « Actions Culturelles et Promotion du Patrimoine » et « Métiers de l’Archéologie » se sont vues remettre leurs diplômes justement mérités.

Diplômés de Cambrai

Souvenez-vous, c’était le 1er février dernier : avant de partir en entreprise, ces étudiants posaient pour une photo souvenir… Et voilà que déjà, ils sont revenus en juin pour passer leurs examens terminaux. C’est chose faite et aucun n’a failli aux épreuves !

M. Fabrice GUIZARD, Directeur adjoint de la FLLASH, M. Jacques HEUDE et Mme Valérie LHERBIER-VANDAELE respectivement responsables des licences professionnelles « Métiers de l’Archéologie » et « Actions Culturelles et Promotion du Patrimoine ont tenu à mettre à l’honneur les promotions :

2011

  • « Marceline DESBORDES-VALMORE », poétesse française (1786-1859), née à Douai (Licence pro « AC2P »)
  • « Jacques BOUCHER DE PERTHES », préhistorien français (1788-1868), né près de Rethel (ARDENNES) (Licence pro « Métiers de l’Archéologie »)

2012

  • « Maurice HENRY », poète français (1907-1984), né à Cambrai (Licence pro « AC2P)
  • « Frédéric LORIDANT », Conservateur en chef du Patrimoine, Chef du service archéologique du département du Nord (1963-2012) (licence pro « Métiers de l’Archéologie »)

en organisant une cérémonie en l’hommage de M. LORIDANT, leur enseignant décédé en mars dernier.

Bien qu’éparpillés aux quatre coins de la France, les étudiants ont répondu présents et ont reçu leur distinction avec beaucoup d’émotion devant de nombreuses personnalités et en particulier, M. Jacques LEGENDRE, Sénateur du Nord.

Ces licences professionnelles ont leur propre histoire qui date déjà.

A la fin des années 1980, c’est grâce à la présence des Sciences humaines avec une licence parcours Histoire que naît le site de Cambrai, antenne de l’UVHC.

En 1992, la ville de Cambrai est la première ville du département du Nord à obtenir le label « Ville d’art et d’Histoire » décerné par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Cette prestigieuse appellation a sans nul doute contribué à créer à Cambrai, dès 2006, la licence professionnelle « Actions Culturelles et Promotion du Patrimoine » communément appelée « AC2P ».

Celle-ci voit la naissance d’une petite soeur en 2010, portée elle aussi par le département Histoire et dénommée « Métiers de l’Archéologie ». Cette licence, unique en France, atteint tout comme son aînée 100 % de réussite depuis leur création respective.

Cet incontestable succès tient aussi à une sélection rigoureuse des candidats venus de la France entière.

Depuis six ans, nos étudiants sont devenus les ambassadeurs du dynamisme universitaire et de la culture du Nord et particulièrement de Cambrai.

Mais le but n’est pas encore atteint. Il s’agit bien d’avoir un métier, une profession donc une carrière à construire.

Au-delà de la protection et de l’animation culturelle, il faut y voir aussi la promotion socio-économique de tout un territoire. C’est dans cette optique qu’est née la licence professionnelle « Métiers de l’Archéologie » à l’heure ou les chantiers archéologiques qui accompagnent les aménagements urbains du Cambrésis se multiplient.

L’insertion professionnelle est quasi immédiate pour les deux promotions qui viennent de se succéder : en lien avec la médiation culturelle, animateurs du patrimoine, guide de musée, archiviste, employé de médiathèque, médiateur culturel en entreprise privée sont les métiers d’avenir pour nos étudiants. Quant à nos spécialistes en archéologie dont la formation est unique en France, ils deviendront de vrais techniciens de fouilles opérationnels et non plus formés « sur le tas ».

Amandine, étudiante issue de la licence M.A, dit volontiers que « la formation est en phase avec l’archéologie et prépare bien au « terrain»

Quant à Mathéo (M.A 2011/2012) sous contrat au Service archéologique du douaisis comme Amandine, confirme que le stage permet de faciliter l’entrée en activité. « Le monde du travail s’ouvre dès le stage », dit-il avec enthousiasme.

Pour la majorité d’entre eux : le pari de l’insertion est d’ores et déjà gagné.

En savoir pluslicence actions cuturelles et promotion du patrimoine et sur la licence métiers de l'archéologie