Page facebook de l'UVHC Twitter de l'UVHC PRO'fil : le réseau professionnel de l'Université
     

[Colloque international] Charles Trenet - Que reste-t-il de ses beaux jours ?

Les 28, 29 et 30 novembre | Campus Mont Houy - Bâtiment Matisse - Faculté de Lettres, Langues, Arts et Sciences humaines - Amphithéâtre 150 

[Colloque international] Charles TRENET - Que reste-t-il de ses beaux jours ? Les 28, 29 et 30 novembre | Campus Mont Houy - Bâtiment Matisse - Faculté de Lettres, Langues, Arts et Sciences humaines - Amphithéâtre 150Le laboratoire du CALHISTE de l’PHF, en partenariat avec le CERCLL et le CLIC, organise le premier colloque international consacré à Charles Trenet (1913-2001).

L’étude de cet artiste aux talents multiples s’inscrit dans le cadre du programme transversal du CALHISTE « Transports et mobilités ». Cet axe, consacré aux déplacements et à tous les modes d’expression qui font voyager hors des moyens de transport physique recensés (mouvements des hommes, des informations, des créations ; avancées technologiques et nouveaux modes de communication) trouve dans l’œuvre de Trenet de quoi penser différemment le rapport au monde. C’est également le cas pour le CERCLL dont le travail, complémentaire à celui du CALHISTE, s’intéresse à la circulation d’objets et de formes entre – et à l’intérieur de – différents médias et types de supports, pour son projet transversal « Circulations intermédiatiques : langues, supports, genres ». Enfin, le travail de cet artiste a également de quoi alimenter les réflexions du CLIC dont les recherches s'articulent autour de trois concepts majeurs : le médium (et les relations intermédiales), le genre (dont les limites conventionnelles sont sans cesse redéfinies par les artistes selon les époques et les contextes) et l'espace (qui traduit notamment les enjeux identitaires et politiques de nombreuses productions artistiques).

Dans le contexte contrasté de l’Entre-deux-guerres, entre effervescence et tensions, modernité et conservatisme, Trenet adopte une posture artistique complètement innovante, portée tout aussi bien par l’énergie de sa jeunesse enthousiaste que par son attraction pour les sonorités et rythmes nouveaux, venus d’Amérique du Nord. Toutefois, ces inspirations, plus abouties et systématiques que celles déjà entamées par sa contemporaine Mireille, Trenet les doit à une rencontre décisive qui marque ses débuts dans la chanson : sa collaboration avec un pianiste passionné de jazz, Johnny Hess. C'est lui qui initie Trenet à toutes les subtilités de ces structures musicales, à l'utilisation de ces formes balancées, syncopées ou scandées.

Plus d'infos

www.uphf.fr/evenements/colloque-charles-trenet-2018